Pré-requis

  • 16 ans, le passage de l’examen théorique ne pouvant se faire qu’à 17 ans, et celui de l’examen pratique à 18 ans révolus,
  • Conformité administrative (par exemple au regard du recensement et/ou de la journée défense-citoyenneté).

La formation initiale

Vous aurez un cheminement à suivre atour des 4 compétences, et au long des 20 heures minimum obligatoires. Il est important de réaliser qu’il s’agit bien de 20 heures minimum, et non pas d’un maximum, comme le pensent encore certains prescripteurs ou même élèves.

En effet, la sécurité routière donnant légitimement des objectifs de formation et d’examen de plus en plus solides, le temps de formation moyen à l’échelle nationale est plutôt proche des 35 heures.

Programme de formation au Permis B.

1. MAÎTRISER LE MANIEMENT
DU VÉHICULE DANS UN TRAFIC FAIBLE OU NUL
Connaître les principaux organes et commandes du véhicule, effectuer des vérifications intérieures et extérieures.
Entrer, s’installer au poste de conduite et en sortir.
Tenir, tourner le volant et maintenir la trajectoire.
Démarrer et s’arrêter.
Doser l’accélération et le freinage à diverses allures.
Utiliser la boîte de vitesses.
Diriger la voiture en avant en ligne droite et en courbe en adaptant allure et trajectoire.
Regarder autour de soi et avertir.
Effectuer une marche arrière et un demi-tour en sécurité.

2. APPRÉHENDER LA ROUTE ET CIRCULER DANS DES CONDITIONS NORMALES

Rechercher la signalisation, les indices utiles et en tenir compte.
Positionner le véhicule sur la chaussée et choisir la voie de circulation.
Adapter l’allure aux situations.
Tourner à droite et à gauche en agglomération.
Détecter, identifier et franchir les intersections suivant le régime de priorité.
Franchir les ronds-points et les carrefours à sens giratoire.
S’arrêter et stationner en épi, en bataille et en créneau.
3. CIRCULER DANS DES CONDITIONS DIFFICILES ET PARTAGER LA ROUTE AVEC LES AUTRES USAGERS
Evaluer et maintenir les distances de sécurité.
Croiser, dépasser, être dépassé.
Passer des virages et conduire en déclivité.
Connaître les caractéristiques des autres usagers et savoir se comporter à leur égard, avec respect et courtoisie.
S’insérer, circuler et sortir d’une voie rapide.
Conduire dans une file de véhicules et dans une circulation dense.
Connaître les règles relatives à la circulation inter-files des motocyclistes. Savoir en tenir compte.
Conduire quand l’adhérence et la visibilité sont réduites.
Conduire à l’abord et dans la traversée d’ouvrages routiers tels que les tunnels, les ponts …
4. PRATIQUER UNE CONDUITE AUTONOME, SÛRE ET ÉCOLOGIQUE
Suivre un itinéraire de manière autonome.
Préparer et effectuer un voyage longue distance en autonomie.
Connaître les principaux facteurs de risque au volant et les recommandations à appliquer.
Connaître les comportements à adopter en cas d’accident : protéger, alerter, secourir.
Faire l’expérience des aides à la conduite du véhicule (régulateur, limiteur de vitesse, ABS, aides à la navigation…).
Avoir des notions sur l’entretien, le dépannage et les situations d’urgence.
Pratiquer
l’écoconduite

La formation "classique" ou la conduite supervisée ?

L’histoire

En réalité, il n’y a que très peu de différences. La conduite supervisée a été créé il y a quelques années (décembre 2009) afin de palier aux difficultés de passage d’examen.

Afin de permettre aux élèves de s’entraîner après un échec, celle-ci devait favoriser le maintien des bons automatismes, ainsi que le travail pratique résultant au potentiel constat d’échec à un premier examen. C’est pour cela qu’elle n’est accessible qu’à compter des 18 ans révolus.

La réglementation

Il faut avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d’assurances sur l’extension de garantie nécessaire pour la conduite du ou des véhicules utilisés au cours de la phase de conduite supervisée.

Cet accord précise le ou les noms des accompagnateurs autorisés par la société d’assurances à assurer cette fonction. Il est joint au contrat de formation de l’élève qui précise les obligations relatives à la fonction d’accompagnateur et les conditions spécifiques à cet enseignement , ou à l’avenant au contrat de formation si le choix de la conduite supervisée a été décidé après la conclusion du contrat ;

Il faut avoir obtenu l’attestation de fin de formation initiale dans des conditions identiques à celles décrites à l’article 5 du présent arrêté dont un exemplaire est transmis à la société d’assurances par le souscripteur du contrat de formation.

Le déroulement

La phase de conduite supervisée débute par la participation à un rendez-vous préalable. L’autorisation de conduire en conduite supervisée, prévue dans le livret d’apprentissage, est délivrée par l’enseignant, après un rendez-vous préalable de deux heures comprenant :

  • Une heure minimum de conduite sur les voies ouvertes à la circulation sur le véhicule de l’établissement, l’enseignant étant assis à l’avant du véhicule, à côté de l’élève, et l’accompagnateur à l’arrière ;
  • Un bilan personnalisé.

A l’issue de ce rendez-vous, l’enseignant remet à l’accompagnateur un guide comportant les repères et conseils utiles pour un déroulement efficace de la conduite supervisée.

L’enseignant mentionne ses observations concernant le rendez-vous pédagogique sur la fiche de suivi de formation de l’élève et veille à ce que son livret d’apprentissage soit correctement renseigné.

La phase de conduite supervisée débute à compter de la date de la délivrance de l’autorisation de conduire en conduite supervisée.

Dans le cas d’un échec à l’épreuve pratique de l’examen du permis de conduire :

Il faut avoir obtenu un accord préalable écrit de la société d’assurances, de la même manière qu’en situation de conduite supervisée « classique ».

Il faut aussi avoir obtenu une autorisation de conduire en conduit supervisée dont un exemplaire est transmis, dès sa délivrance, à la société d’assurances par le souscripteur du contrat de formation.

Après la formation initiale et le rendez-vous préalable : la phase de conduite supervisée

La phase de conduite supervisée est d’une durée minimale de trois mois.

L’élève n’a plus de contrainte ni de limitation ni de temps ni de kilométrage à parcourir.

Il doit cependant rouler à différents moments du jour et de la nuit et par diverses conditions météorologiques. L’accompagnateur, assis à l’avant du véhicule, à côté de l’élève, doit être titulaire du permis de conduire de la catégorie B depuis au moins cinq ans sans interruption à la date de la signature du contrat de formation ou de l’avenant au contrat de formation.

Le véhicule utilisé, à boîte de vitesses manuelle ou automatique, peut être attelé d’une remorque dès lors que la conduite de l’ensemble formé par le véhicule tracteur et la remorque ne nécessite pas la détention de la catégorie BE du permis de conduire ou le suivi de la formation B96 .Un signe distinctif autocollant ou magnétisé conforme au modèle annexé au présent arrêté doit être apposé à l’arrière gauche du véhicule. Au cours de cette phase d’acquisition d’expérience de la conduite, l’élève doit respecter les limitations de vitesse le concernant. En cas d’échec à l’épreuve pratique du permis de conduire, l’élève peut poursuivre la conduite supervisée.

Déroulement

…de la formation

 

1 heure d’évaluation pronostic

Celle-ci déterminera de manière prévisionnelle le nombre d’heures nécessaire à l’élève pour apprendre à conduire dans les conditions optimales.

Une formation initiale d’une durée de 20h minimum

Elle est composée d’un enseignement théorique et pratique conformes aux référentiels professionnels. Elle vous aidera à atteindre le niveau requis pour passer les épreuves du permis B classique.

D’une évaluation de fin de formation initiale

Il est à noter qu’il est possible, pour les élèves ayant 18 ans au terme de la formation initiale, de choisir l’option « conduite supervisée ». Il s’agit d’une forme de conduite accompagnée moins contraignante que la formule originale (aucune limite maximale de temps, ni de km à respecter depuis fin 2015)

… de l’examen

 

Examen théorique

Vous aurez à répondre à 40 questions. Il vous faudra un minimum de 35 bonnes réponses.

Examen pratique

  • 32 minutes, dont 25 de conduite effective présentant une phase d’autonomie
  • Circulation en et hors agglomération
  • 1 manœuvre en marche arrière
  • 1 arrêt de précision
  • 2 questions de vérifications
  • L’examen correspond à un bilan de compétences chiffré.

En cas de réussite aux examens

Depuis 2004, les nouveaux conducteurs se voient remettre un « permis probatoire », dont la durée est de 3 ans. Son capital initial est de 6 points. Au terme de la première année et en l’absence d’infraction, le capital passe à 8 points, puis à 10 points la deuxième et enfin à 12 poins la troisième.

Découvrez le suivi de vos résultats et de votre titre sur notre site, dans les actualités :

Résultats et suivis du permis de conduire

Pour aller plus loin

Plus d’informations ?

Vous pouvez découvrir les formations professionnelles délivrées par nos centres de formations dédiés, ou parcourir le contenu de notre site via son plan :

Parcourir les pages

Les démarches ?

Vous nous avez rencontré et/ou vous souhaitez connaître les démarches d’inscription à l’auto-école ?

Ouvrez ce document!

Vous souhaitez nous contacter ?

Appelez notre bureau le plus proche !